Le métier de Chauffeur accompagnateur

Compte Personnel de Formation (CPF)

Un acteur de l'inclusion sociale via l’aide au transport des personnes fragilisées

Le rôle du chauffeur accompagnateur, également nommé accompagnateur à la mobilité ou conducteur accompagnateur de personne à mobilité réduite, est de permettre l’accès aux transports à un public d’usagers non autonomes : personnes âgées, handicapées ou malades, ou encore enfants amenés à circuler sans leurs parents. Objectif : réduire leur perte d’autonomie (définitive ou temporaire) et rendre possible la poursuite de leurs activités quotidiennes (courses, voyages, visites médicales, promenades…), tout en veillant à leur confort et leur sécurité.

Pour ce faire, il ou elle prend en charge un à huit personnes, depuis leur domicile ou un autre endroit, jusqu’à leur lieu de destination et vice versa. Parfois le déplacement se fait à pied, parfois en transports en commun (bus, métro, train, avion...) ou encore dans une voiture, aménagée ou non. Ce qui inclut, le cas échéant, la mise au point de l’itinéraire et des horaires, l’achat des titres de transport et la gestion des imprévus.

Si cette prestation n’a aucun caractère médical ou paramédical, le chauffeur accompagnateur doit être en mesure de sécuriser les usagers en situation. Il lui incombe aussi de communiquer sur ses interventions avec les bénéficiaires et leur famille, ainsi qu’avec sa hiérarchie.

Découvrez le métier de chauffeur accompagnateur, ses évolutions professionnelles et les formations Studi au métier.

Portrait type du chauffeur accompagnateur

Il trouve du travail assez facilement avec un CAP.

Il a un caractère social, organisé et réaliste.

Il travaille dans le secteur privé ou public, en intérieur et en extérieur, en zone urbaine ou rurale, avec des horaires en journée et parfois en soirée et week-ends.

Salarié, indépendant ou intérimaire, il gagne entre 1 500 et 1 700 € bruts par mois.

Qui recrute des chauffeurs accompagnateurs ?

  • Les sociétés de transports privées

    Le secteur privé prenant une place croissante sur le segment de l’aide aux personnes fragilisées, les accompagnateurs à la mobilité trouvent de fréquents débouchés au sein d’entreprises du secteur lucratif, proposant, à titre principal ou annexe, des prestations de transport ou d’accompagnement. L’étendue des missions du chauffeur accompagnateur est fonction du champ d’action géographique ou du public ciblé par l’entreprise (personnes âgées dépendantes, adultes handicapées, mineurs…).

  • Les associations spécialisées

    Le chauffeur accompagnateur peut aussi être salarié d’établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) sous statut associatif (privé non lucratif). Là encore, les missions du chauffeur accompagnateur sont calquées sur celles de l’association qui l’emploie.

  • Les collectivités

    Des collectivités publiques, via les centres communaux ou intercommunaux d’action sociale notamment, ou encore des structures publiques d’aide à la personne, peuvent faire appel à des chauffeurs accompagnateurs. Le champ d’action de ces professionnels peut être plus ciblé, sur tel ou tel public et avec une périodicité plus fixe.

Quelles sont les conditions de travail du chauffeur accompagnateur ?

  • Environnement de travail du chauffeur accompagnateur

    Les tâches de bureau, le chauffeur accompagnateur ne connaît pas ! Dehors, par monts et par vaux, il bouge en permanence. Et ce, en contact avec les clients ou usagers qu’il transporte, mais aussi, le cas échéant, avec l’ensemble des prestataires de transports en commun (métro, bus, tramway, train, avion…). Il interagit aussi avec ses supérieurs et le réseau des autres prestataires médico-sociaux.

  • Cadre hiérarchique

    En fonction de la taille de l’organisme qui l’emploie, le chauffeur accompagnateur est rattaché au responsable du service ou du pôle Personnes âgées ou fragilisées ou directement au dirigeant.

  • Horaires et saisonnalité

    Les horaires du chauffeur accompagnateur sont, par définition, ceux des déplacements des bénéficiaires du service. Il est donc potentiellement amené à travailler les soirées, week-ends et jours fériés.

Salaire du chauffeur accompagnateur

Le salaire d’un chauffeur accompagnateur à la mobilité est fonction de la taille de l’entreprise qui l’emploie, ainsi que de son expérience. On relève aussi des salaires plus élevés en Ile-de-France qu'en région.

  • 1500

    bruts mensuels
    en début de carrière

  • 1700

    bruts mensuels
    avec de l'expérience

Quel est le profil du chauffeur accompagnateur ?

Qualités majeures

La fonction de chauffeur accompagnateur requiert avant tout des qualités humaines, un savoir-être. Ce professionnel doit faire montre d’un excellent sens relationnel (incluant notamment écoute, patience, discrétion et empathie), être vigilant, rassurant et responsable envers les personnes placées sous sa responsabilité. Il doit être disponible, d’une ponctualité et d’une fiabilité irréprochables, avoir le sens de l’orientation et de l’organisation. Sans oublier une bonne capacité d’anticipation, de sang-froid et de réaction afin de déjouer au maximum tout imprévu.

Le chauffeur accompagnateur doit aussi connaître les gestes et postures en lien avec le public transporté ou accompagné (manipulation du matériel, principes d’économie d’effort et de sécurité physique). Il doit avoir au moins des notions des différents types de handicap et de ce que ceux-ci impliquent sur le plan de la physiologie, être au fait des gestes et soins d’urgence et des différentes structures sociales existantes.

Enfin, même si le métier ne nécessite normalement pas de porter les personnes, il faut savoir aider les personnes peu mobiles si besoin, ce qui requiert une bonne condition physique, et faire preuve d’une grande disponibilité.

Expérience

Le métier est ouvert aux débutants, à condition de présenter les qualités humaines nécessaires et, si les circonstances l’exigent, le permis B depuis au moins 2 ans.

  • 5 /5

    Relationnel

  • 4 /5

    Indépendance

  • 3 /5

    Réflexion

  • 2 /5

    Technique

  • 5 /5

    Action

Quelle formation pour devenir chauffeur accompagnateur ?

Bien que la fonction de chauffeur accompagnateur n’impose aucune formation spécifique, détenir certaines notions de base sur le secteur médico-social et les publics fragilisés est un vrai plus.

Votre parcours de formation chez Studi

343481092_studi
Ecolemshorizontal couleur
Eligible CPF
Comnicia
Ecolemshorizontal couleur
Assistante de vie
100% en ligne
Formation qualifiante

Évolution professionnelle

Avec l’expérience, l’accompagnateur ou accompagnatrice à la mobilité peut évoluer (parfois sous condition d’obtenir le permis de conducteur de car) vers des fonctions d'encadrement.