Ces 4 signes qui prouvent que vous n’êtes pas épanoui(e) dans votre vie pro

L’idée même d’aller au travail vous rend mal ? Voire vous angoisse ? Il est sûrement temps de vous poser les bonnes questions, et de changer les choses. 
 

Image
femme burn out travail

Notre travail représente une grande partie de notre vie. En y passant 35 heures par semaine en moyenne, il est important de s’y sentir bien, au risque de voir sa santé mentale en pâtir grandement, voire d’arriver jusqu’au burn-out. Une situation terrible qui peut être évitée grâce à ces quelques conseils clés. Alors pour vous aider à y voir plus clair, voici 5 signes qui prouvent que vous n’êtes pas épanoui(e) dans votre vie professionnelle 

1) Votre corps vous parle

Lorsque l’on se sent mal, pas à sa place dans une entreprise ou dans son emploi, il arrive bien souvent que notre corps tente de nous le faire comprendre d’une manière ou d’une autre. À la manière de signaux d'alarme, parfois mis sur le compte du stress-boulot,  notre corps nous parle, tout simplement. Comment ?

Cela peut se traduire par cette sensation bien connue d’avoir la boule au ventre avant même de franchir les portes de l’entreprise. Et même si personne ne le remarque dans votre structure, venir au travail devient une véritable épreuve au quotidien. Mais cette angoisse peut également prendre d’autres formes : des troubles du sommeil comme des insomnies, qui viennent dégrader considérablement la qualité de vos nuits et vos capacités à travailler convenablement, ou encore des troubles de l’appétit (difficulté à digérer, nausées, perte d’appétit..).

En bref, votre corps est votre meilleur allié face à des situations inconfortables et douloureuses. Sans surprise, il est important d’apprendre à l’écouter et à agir en conséquence. 

2) Votre humeur est exécrable

Lorsque l’on n’est pas épanoui(e) dans son poste, il arrive bien souvent que l’environnement dans lequel on évolue nous irrite fortement. Vos collègues, parfois même les plus sympathiques, votre équipe de travail ou encore votre hiérarchie, personne n’est épargné ! Et encore davantage ceux ou celles qui adorent leur job. Ces derniers peuvent, par opposition avec votre état d’esprit négatif, vous agacer fortement et accentuer votre aigreur. En somme, votre quotidien vous plonge dans une humeur exécrable toute la journée, et tout le monde vous énerve !

Ces signes de contrariété marquent généralement un tournant dans la vie des salariés. Ils symbolisent un ras-le-bol, et une envie de changer soit d’entreprise, soit de se réinventer professionnellement parlant, par le biais d’une reconversion. Vous vous reconnaissez dans cette description 

3) La motivation des débuts n’est plus qu’un lointain souvenir

Si au début de votre prise de poste, vous étiez motivé(e), force de proposition et plein d’entrain, mais qu'aujourd’hui ces émotions là vous ont malheureusement quitté, c’est bien la preuve que votre emploi ne vous plaît plus. Et d'ailleurs, cela peut se manifester très concrètement à travers vos tâches quotidiennes, réalisées à reculons ou repoussées au dernier moment. Et cela, ce n’est pas normal ! En effet, bien que le travail reste vécu, et on le comprend, comme un effort à fournir tous les jours (se lever, se mettre au boulot, performer…) il ne doit pas se solder par une telle réticence à l’idée de travailler. Au contraire, le travail peut et se doit également de susciter des émotions positives !

Lorsque l’on est aligné(e) avec soi-même et avec son projet de vie professionnelle, alors on est content(e) d’aller travailler, et l’on y met de l’énergie ! Ici, les salariés souffrant de cette situation peuvent ressentir une réelle lassitude vis-à-vis de leur travail, mais aussi à propos de leurs missions qui ne les stimulent pas ou plus. Et il est vrai qu’en étant sur place 7 heures par jour, il est crucial d’aimer son job !

4) Le manque de sens dans votre travail

Nous disions plus tôt que nous passons une grande partie de notre vie à travailler. Et accrochez-vous, les chiffres peuvent en surprendre plus d’un : nous passons en moyenne 99 117 heures au travail !  D’où, encore une fois, la nécessité de faire un métier que vous aimez réellement. Et justement, l’une des raisons majeures qui expliquerait une forme de lassitude au travail, c’est le manque de sens. L’entreprise peut être performante, vos collègues les plus géniaux au monde, votre équipe au top, votre salaire plus que correct, vous pouvez cependant ressentir un vide, impossible à combler.

La raison ? Nous avons tous un but dans la vie, une motivation interne ou un plan défini, des valeurs qui nous poussent à nous dépasser, à montrer le meilleur de soi-même. Et dans le travail, vous avez aussi besoin d’être stimulé(e) par vos tâches, de croire en leur utilité, en leur impact positif sur le monde même à votre niveau. Et ce, qu’importe les responsabilités engagées dans votre emploi. Le plus important, c’est d’être en adéquation avec votre personne 

Si ce n’est pas le cas, et / ou que vous avez la sensation d’être en pilote automatique au bureau et de faire les choses machinalement, alors la motivation s’écroule, l’ennui s’y glisse et vous passez vos journées à regarder l’heure, en attendant désespérément que l’après-midi se termine. Dans ces conditions, le bore-out, à savoir l’ennui au travail, menace de faire son apparition. 

Les conseils by Studi 

Ne pas se sentir heureux au bureau n’est pas une fatalité. Malgré l’inconfort de la situation et les nombreuses questions stressantes qui peuvent au premier abord vous empêcher d’agir : “comment vais-je m’en sortir financièrement ?", “ce n’est pas le bon moment”, “vais-je retrouver un travail facilement ?”, “je n’ai pas de plans B !”, ou encore “on peut se reconvertir, même à mon âge ?”, les issues sont là et vous tendent pourtant les bras. Et ce, même en CDI depuis peu ou au contraire des années !

Vous n’êtes jamais piégé(e), il ne tient qu’à vous de faire passer vos besoins avant ceux des autres, et de changer de cap, d’environnement. Parfois, quitter son travail peut vous ouvrir à de nouvelles perspectives de vie, et la prise de risque vaut alors le détour. Et puis, pas d’inquiétude, non seulement vous n'êtes pas seul(e) à le vivre, mais il existe en plus des solutions concrètes pour vous accompagner dans cette transition, qu'importe votre situation ou votre niveau d’études.

Si vous souhaitez vous reconvertir par exemple, et reprendre en main votre carrière, vous pouvez commencer par un bilan de compétences, afin de trouver votre voie et mieux connaître et cibler vos attentes. Vous pouvez ensuite vous rapprocher de centres de formation afin de suivre un apprentissage de votre choix et vous former au métier de vos rêves !

Que vous choisissiez la formule en présentiel ou à distance comme chez Studi,  fortement recherché par les personnes en recherche de flexibilité, veillez à choisir des organismes sérieux, dans lesquels les formations proposées sont reconnues par l’Etat. Ces derniers faciliteront votre réinsertion professionnelle.

Quant au financement, de nombreux dispositifs sont mis en place par l’Etat, afin que les moyens financiers ne se positionnent pas comme un frein à votre projet professionnel. Ici, la France investit sur vos compétences et vos qualités ! Si vous êtes salarié(e), alors consultez sans plus attendre votre compte CPF, vous avez sûrement acquis des droits à la formation au cours de votre carrière.